Management intergénérationnel pour perpétuer le métier

  • Nom de l'entreprise: Jean FORTUNATO

    Secteur d'activité: Construction

    Catégorie d'entreprise: PME

Décliner
Description de l'action: 

Les nouveaux salariés sont souvent jeunes et inexpérimentés. De ce fait, l’apprentissage du métier de plâtrier s’effectue principalement auprès de personnes senior. Concrètement, un jeune est en général intégré dans une équipe de deux collègues expérimentés, qui l’emmèneront sur divers chantiers, afin d’apprendre les différents types de constructions, clients, environnements et manières de procéder. La transmission des connaissance s’appuie entièrement par ce biais, sur le terrain.

Contexte : 

Le métier de plâtrier est méconnu et aucune formation spécifique n’existe. Il s’agit d’un métier dur et artisanal, qui nécessite force physique pour tirer le plâtre et conditions de travail difficiles, dûes à un environnement de travail humide toute l’année. Aussi, les candidats sont rares et souvent inexpérimentés.

La démarche: 

Chez Fortunato, toute personne volontaire et motivée peut être recrutée, quels que soient son âge, son expérience, sa nationalité, et tout autre diversité, poursuivant l’idée qu’il faut toujours donner une chance à une personne et que c’est uniquement par une période d’essai qu’il sera possible de juger de la valeur de son travail. Ainsi, le principal point qui est vérifié pour constituer les équipes est qu’une communication soit optimale entre les collègues, notamment en fonction des langues parlées.

Objectifs: 

L’objectif est double :
-      Remplacer les départs en retraite pour maintenir l’activité de l’entreprise
-      Plus globalement, faire perdurer le métier de plâtrier, qui risque de disparaître, faute de formation et de candidats.

L'impact: 

L’impact du travail intergénérationnel est positif à plusieurs niveaux :

-      La transmission des compétences à une génération plus jeune permet de faire perdurer les techniques et savoir-faire acquises sur le terrain par les travailleurs seniors

-      Les jeunes peuvent effectuer des travaux que les anciens ont plus de mal à réaliser (porter des sacs de plâtre, déplacer une machine).

Ainsi, selon l’expression italienne, « une main lave l’autre », une génération donne un coup de main à l’autre, et vice et versa.

Mot clé: 
Formation
Conseils pratiques "A faire": 

Accepter toutes les candidatures, si une bonne volonté a été détectée. Ne pas juger sur l’âge, le sexe, la nationalité ou la langue parlée par exemple.

Conseils pratiques "A ne pas faire": 

Eviter d’avoir des préjugés sur les candidats.