Ville d'Esch-sur-Alzette

Catégorie d'entreprise 
Secteur Public
Nombre de salariés  
environ 1.100 salarié-e-s
Secteur d'activité 
Administration publique
Fiche(s) "Bonne pratique" de l'entreprise: 
Sensibiliser, former et impliquer

Mise en place de formations pour le personnel pédagogique des Maisons Relais (MR):

1) les chargé-e-s de direction ont suivi la formation à la stratégie Gender-Diversity Management (54 heures; différents modules de formation: vision commune, missions des MR, objectifs et indicateurs, outils d'évaluation, suivi et durabilité);

2) tout le personnel pédagogique a suivi la formation gender4kids (18 heures: 1 module de base, 2 modules thématiques parmi les 4 thèmes suivants: Image des rôles, familles et relations; Estime de soi, émotions et corps; Diversité et conflits; Genre: jeux, livres et espaces dans les Maisons Relais).

Les formations étaient organisées en partenariat avec 4motion asbl et Diversity&Dialogue.

La pratique s'intégre dans une démarche à long terme de la ville qui poursuit depuis longtemps une politique en faveur de l'égalité des chances et de la non-discrimination. Des réflexions sur l'opportunité de mettre en place des formations spécifiques dans les MR ont été entamées dès 2010 dans le cadre du processus du Gender-Diversity Budgeting. Ces formations ont été prévues par le Plan communal à l'égalité des femmes et des hommes de la ville. De telles formations n'existant pas au Luxembourg, les communes d'Esch-sur-Alzette, de Dudelange, de Bettembourg, de Differdange et de Hesperange ont initié et financé le développement de la formation gender4kids. La Ville d'Esch-sur-Alzette a aussi voulu offrir une formation Gender-Diversity Management aux responsables des MR.

Les formations étaient obligatoires pour le personnel pédagogique et se déroulaient sur le temps de travail. Les deux formations étaient complémentaires et visaient à former et à impliquer à la fois la direction pédagogique et administrative des Maisons Relais (Gender-Diversity Management) et le personnel pédagogique (gender4kids). La ville a donc opté pour un processus combinant une stratégie dite"top-down" à une stratégie dite "bottom-up" avec l'objectif de soutenir l'implémentation d'une stratégie et d'une approche pédagogique commune à toutes les Maisons Relais de la ville et partagée à la fois par la direction administrative et pédagogique et le personnel pédagogique. Cette démarche peut contribuer à la pérennité de la pratique.

Etant donné la diversité des publics visés par l'action (enfants inscrits aux Maisons Relais et leurs parents), un objectif est de mieux répondre aux besoins et aux attentes des publics cibles et de mieux soutenir leur intégration et leur participation dans la vie des structures gérées par la ville. Un autre objectif est celui d'améliorer la qualité de l'encadrement pédagogique par la formation du personnel pédagogique, de sensibiliser le personnel aux aspects de genre et de diversité et de lui donner des outils et des méthodes pour mettre en pratique une stratégie et une pédagogie sensible au genre et à la diversité.

La qualité du travail pédagogique a été améliorée: le personnel pédagogique a été sensibilisé et formé aux aspects genre et diversité. Des projets concrets ont été entamés dans les MR. Les aspects genre et diversité ont été intégrés dans le concept pédagogique des MR. Un instrument de travail, le manuel "Leitfaden Gender-Diversity Management" a été développé à partir des réflexions et des travaux de groupe lors des modules de formation. L'implication des collaborateurs/collaboratrices autour d'un projet commun et la cohésion interne (stimulation des échanges et de la communication et du partage des pratiques pédagogiques) ont été favorisées.

Formation
Conseils pratiques "A faire"

Il faut avoir une volonté politique qui soutient clairement la démarche. Il faut bien communiquer en interne la démarche et les objectifs. Il faut également mettre à disposition les moyens ( financiers, humains, ...) nécessaires à la mise en oeuvre de la pratique. Il ne faut pas oublier à assurer le suivi de l'action.

Conseils pratiques "A ne pas faire"

Il ne faut pas s'attendre nécessairement à un processus "harmonieux". Comme tout autre processus qui implique la réflexion sur les pratiques et les modes de fonctionnement établis, le processus visant l'implémentation d'une stratégie et d'une approche pédagogique sensible au genre et à la diversité peut entraîner des réticences parmi certains membres du personnel. Ces réticences peuvent également surgir à cause du caractère obligatoire des formations. Il faut considérer ces réticences comme faisant parti de la "normalité" du processus entamé. Ce qui implique également qu'il ne faut pas travailler avec des partenaires de formation inexpérimentés dans la gestion des processus.

Encourager

Dans le cadre de son "Programme de promotion du sport", la Ville d'Esch-sur-Alzette a mis en place en 2011, le programme "Intégration par le sport", proposant des activités sportives hebdomadaires diverses pour les femmes de tout âge et de toute nationalité.

Etant donné que la Ville d'Esch-sur-Alzette possède une population multiculturelle, avec presque 120 nationalités différentes qui représentent plus de la moitié de la population, il s'avère opportun d'utiliser le sport comme vecteur d'intégration de la population non-luxembourgeoise. Les femmes étant sous-représentées parmi les membres actifs des clubs sportifs, la ville a décidé de mettre en place un programme de sports-loisirs s'adressant aux femmes. Le programme "Intégration par le sport" a été mis en place dans le cadre du pacte d'intégration de la ville  et avec le soutien financier de l'OLAI (Office luxembourgeois de l'accueil et de l'intégration) pendant la phase de démarrage du programme (2011 - 2013).

Dans une première phase, le programme a été élaboré pour les femmes originaires de l'Afrique de l'Ouest et a offert des cours de sports choisis parmi les propositions des femmes concernées. Des animatrices sportives, originaires des cultures africaines, ont cherché le contact avec les femmes dans les écoles ou les lieux publics eschois (organisantion de stands d'information,  distribution de flyers, etc.). Dans une deuxième phase, et afin de soutenir le vivre-ensemble et l'inclusion sociale des femmes provenant de l'immigration, les cours ont été ouverts à toutes les femmes intéressées.

Il s'agit de sensibiliser les femmes pour le sport, de soutenir l'engagement des femmes de toutes origines dans l'activité sportive et d'encourager la mixité et les liens sociaux entre femmes luxembourgeoises et femmes issues d'autres nationalités ou d'autres cultures. 

D'année en année, le nombre des particpantes est croissant, arrivant pour la saison 2014-2015 à un nombre total de 122 femmes et jeunes filles pour les cours sportifs réguliers, organisés de manière hebdomadaire.

Accueil et socialisation
Conseils pratiques "A faire"

Pour la mise en place d'un tel projet, il est indispensable d'avoir une volonté politique soutenant les idées et démarches et mettant en place les moyens financiers et humains nécessaires pour garantir le bon fonctionnement. Il est conseillé d'avoir au moins une personne responsable coordonnant la communication entre les moniteurs/les monitrices, les participantes et le service ayant mis en oeuvre le programme.

Conseils pratiques "A ne pas faire"

Il ne faut pas s'attendre à une bonne fréquentation des cours dès le début.

Sensibiliser, former et impliquer

 

Dans le cadre de ses actions visant à soutenir l’accueil et l’intégration des réfugiés à Esch-sur-Alzette, la ville organise entre autres des actions qui ont pour objectif principal la sensibilisation à la venue des réfugiés à Esch-sur-Alzette. Une de ces actions était l’organisation d’une Living Library « Rencontre avec des femmes réfugiées » à l’occasion de la Journée internationale des femmes en 2017.

 

Il y a 2 foyers pour réfugiés masculins à Esch qui accueillent actuellement (juin 2018) 140 personnes. Un troisième foyer pour 150 personnes et pour une population mixte (des familles) ouvrira ses portes au quartier « Neudorf » de la ville. Un groupe de coordination a été mis en place en automne 2015, afin de mettre en réseau les services communaux (Sports, Culture, Jeunesse, Enseignement, Développement social, Office social, Egalité des chances, …), les acteurs externes (Point Info Jeunes, Kulturfabrik, CIGL, …) et le gestionnaire des foyers (Caritas). Les objectifs sont: échanger les informations et faciliter les collaborations, offrir un soutien logistique aux foyers, encourager la participation des réfugiés dans les offres communales, sensibiliser les services communaux et la population de la ville à l’accueil et à la venue des réfugiés à Esch-sur-Alzette.

 

Dans ce contexte a été organisée en mars 2017 une Living Library «Rencontre avec des femmes réfugiées», en collaboration avec l’Agence interculturelle de l’ASTI et le groupe «Living Library», un groupe de bénévoles. L’association du quartier de «Neudorf» a soutenu l’initiative. 12 femmes réfugiées ont été invitées pour témoigner sur leurs parcours et leurs expériences et pour échanger avec les personnes participantes dans des petits groupes (6 personnes au maximum) et pour une durée de 15 minutes pour chaque rencontre. Les personnes inscrites pouvaient échanger avec plusieurs invitées. Les femmes invitées venaient de régions et de pays différents et elles avaient des parcours différents. En parallèle aux échanges, l’ASTI a informé les personnes présentes sur la situation des réfugiés au Luxembourg (statistiques, statuts, cadre légal).

 
  • Faciliter les échanges entre personnes qui ne se seraient peut-être pas rencontrées ou parlées ;
  • Combattre les préjugés et les stéréotypes ;
  • Sensibiliser les habitants du quartier « Neudorf » à la venue des réfugié-e-s ;
  • Informer et sensibiliser le personnel communal à la thématique concernant les réfugié-e-s

 

 

L’impact d’une mesure de sensibilisation est difficile à évaluer. Nous pouvons dire que le thème de la soirée a connu un grand intérêt de la part du public: une centaine de personnes était inscrite à la soirée. D’autres personnes intéressées n’ont pas pu participer à cause de la méthode sur laquelle repose la «Living Library». En effet, celle-ci fonctionne selon le principe des échanges dans des petits groupes. Les feedback obtenus spontanément (sur place ou par écrit par après) ont été positifs : la méthode de la «Living Library» est considérée comme un bon outil pour inciter les discussions et les échanges entre personnes et pour sensibiliser face aux discriminations et préjugés. Il était aussi important de prévoir un volet «information» en parallèle ; en effet, beaucoup de personnes présentes n’étaient pas au courant du cadre légal ou des différents statuts et aides y liés.

Accueil et socialisation
Conseils pratiques "A faire"
  • Travailler ensemble avec les associations qui ont de l’expérience dans l’accueil des réfugié-e-s ;
  • Bien préparer la « Living Library » avec les invitées (réunion préalable, contact par courrier émail, être disponible pour toutes questions ou explications)
  • Faire attention à la diversité en ce qui concerne les invitées (parcours, origine,, âge) ;
  • Bien gérer les inscriptions des participant-e-s dans les différents groupes : faire attention à la diversité des échanges, aux préférences linguistiques ;
  • Donner au début de la soirée à chaque personne participante un programme individualisé avec son parcours d’échanges;
  • Bien expliquer au début de la soirée le déroulement ;
  • Bien gérer les temps pour les échanges ;
  • Prévoir des bénévoles qui sont disponibles pour guider les participant-e-s à leurs tables d’échanges respectives ;
  • Communiquer en visant un public diversifié.
Conseils pratiques "A ne pas faire"
  • Ne pas s’attendre à un déroulement parfait (même en ayant tout prévu et même ayant expliqué le déroulement au début de la soirée), surtout avec un nombre aussi élevé d’inscriptions. La formule de la « Living Library » étant une formule plus ouverte, les personnes inscrites ont parfois tendance à circuler librement et ne pas toujours se tenir à leur parcours d’échanges proposé.